« Quand on veut, on peut. Quand on peut, on doit » : La priorité « refaire Nation » -1-

Fin décembre 2019, un nouveau virus va se répandre en un temps record depuis la Chine dans le monde entier, avec les conséquences dramatiques que l’on sait. Un virus qui, au fil des mois, va vraisemblablement s’affirmer un jour comme l’un des plus redoutables que l’on ait pu connaître, comme la peste au Moyen-Âge…

211 millions de personnes ont été infectées, 4 millions 424 mille sont mortes à ce jour et près de 5 milliards de doses de vaccins ont été inoculées. Et ce bilan n’est que provisoire, au moment où l’on parle d’une « quatrième vague » alors que la situation de certains pays est quasi catastrophique, que des milliards de doses manquent à l’appel et au moment où le variant indien se révèle particulièrement dangereux.

Pendant ce temps en France, les manifestations se succèdent dans la rue contre la vaccination et contre tout contrôle sanitaire. C’est à se demander si la folie ne gagne pas certains esprits. En tout cas, pas de quoi grandir l’image de notre pays !

Au-delà des morts dénombrés – 628.000 aux États-Unis, 574.000 au Brésil, 252.000 au Mexique, 131.000 en Grande-Bretagne, 128.000 en Italie, 113.000 en France, 91.000 en Allemagne, 15.700 au Japon, l’heure de vérité sur le plan économique et social devrait bientôt sonner. Et avec elle le glas de certains pays.

Alors, comment éviter le pire demain en admettant que cela soit encore possible aujourd’hui ?

En écoutant peut-être – enfin – ceux qui ont démontré pendant toute leur vie que « quand on veut la paix, il faut préparer la guerre » comme le dit le vieil adage.

La France a encore la chance d’avoir des « ressorts », d’avoir des hommes et des femmes d’exception, qui savent partager une vision, toujours disponibles pour la collectivité, des gens dont la compétence professionnelle est reconnue : qu’ils soient civils et ou militaires. Dans le secteur public comme dans le secteur privé. Y compris parmi nos élus.

Mais quand ceux qui gouvernent n’ont pas de vision et ne savent manifestement pas se servir d’une boussole, on peut alors redouter le pire et aussi douter de réussir à désamorcer les crises économique, sociale et politique qui sont devant nous avant qu’elles n’explosent à court terme.

Pour cela il n’existe qu’un seul grand remède : rétablir la confiance. Et agir en sachant qu’on n’a plus le droit à l’erreur.

Pour cette raison, la Voix du Béarn a décidé de rediffuser quelques-unes des émissions diffusées en plein confinement pour redonner espoir aux Français de France sans oublier ceux de l’étranger qui se sont souvent senti abandonnés.[2]

Général d’armée aérienne Jean-Paul Paloméros – Photo © Armée de l’Air et de l’Espace

La première de ces émissions a été diffusée le 17 avril 2020. Nous avions invité deux généraux d’armée, le général Jean-Paul Paloméros, ancien chef d’état-major de l’armée de l’Air avant de piloter la transformation de l’OTAN, et le général Marc Watin-Augouard, une des grandes figures de la Gendarmerie nationale qui restera comme le ou l’un des précurseurs dans le domaine de la lutte contre la Cybercriminalité. Il a été l’initiateur du FIC, le Forum International de la Cybersécurité, « l’événement de référence en Europe en matière de sécurité et de confiance numérique ».

Général d’armée Marc Watin-Augouard – Photo © Joël-François Dumont

Deux « hommes d’action dans la pensée », comme nous en avons dans ce pays, mais plus encore, « des hommes de pensée dans l’action » ce qui est nettement plus rare. A vous de juger en écoutant leur propos.

Nous avons donc décidé avec Jean-Michel Poulot de donner la parole pendant le confinement à des hommes et à des femmes qui ont fait leurs preuves dans les moments difficiles. On remarquera que très peu appartiennent à des formations politiques. Ces personnes ont en commun d’être très qualifiées sur certains sujets au point d’être devenues des références, que, curieusement, l’on n’entend pratiquement jamais et que l’on ne voit pas davantage sur les étranges lucarnes… Des gens qui, pourtant, ont quelque chose à dire et qui le disent bien. Ils appartiennent à cette lignée des bâtisseurs qui ont fait la grandeur de la France. Avec eux, un combat n’est jamais perdu d’avance, tant qu’il y a une volonté politique, accompagnée d’une vision au sommet de l’État et des gens de valeur pour les mettre en œuvre. Ces trois conditions étant « incontournables ».

Force est de reconnaître que la classe politique a perdu la confiance des Français, chose qui n’est pas vraie dans de nombreux autres pays dans le monde. En Allemagne, notamment, où les politiques ne sont pourtant pas considérés comme des lumières par l’opinion.

Que dire ? Sinon que la France a des institutions solides que lui a légué le général de Gaulle. Elle a aussi des hommes et des femmes courageux, compétents et disponibles. Elle peut donc s’en sortir à une condition, qu’elle le veuille vraiment et que les Français se rassemblent pour « faire nation ». Si un tel miracle se produisait, 90% de nos hommes politiques professionnels passeraient aux oubliettes de l’Histoire, aux prochaines élections. A nos yeux, ce ne serait pas un mal… On comprend que notre propos doit déranger au contraire ceux qui entendent continuer de profiter de cette situation.

Cultiver notre mémoire institutionnelle

Même confinés, nous avons décidé de donner la parole à ces hommes et à ces de telles femmes d’exception qui ont un « vécu » opérationnel hors-norme et qui ont passé leur vie à « préparer le temps long » pour ne pas insulter l’avenir. Qu’ils en soient remerciés. Leur contribution nous a honorés.

Sachons exploiter ce vivier pluridisciplinaire de personnes d’exception. Sachons mettre à profit leur expérience, leur dynamisme et leur façon de « jouer collectif ». Gageons que leur exemple sera rapidement communicatif. Avec eux, un combat n’est jamais perdu d’avance avant d’être livré, tant qu’il y a une volonté politique, accompagnée d’une vision au sommet de l’État et de gens de valeur pour les mettre en œuvre. Trois conditions incontournables.

« Quand on, veut, on peut. Quand on peut, on doit » aimait dire Napoléon Bonaparte qui avait aussi prédit : « quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera » … Sur le possible et l’impossible notre empereur avait encore une opinion qu’il avait su faire partager… certes, le monde d’hier n’est plus celui que nous connaissons !

Mais pour y parvenir, la route sera longue. Rien ne permet de prédire un retournement de situation, hormis peut-être une timide reprise de l’économie, un secteur qui a été défendu avec un certain succès, mais à quel prix ! En laissant sur le carreau beaucoup de professions sans oublier les jeunes, les étudiants notamment.

Pour éviter ces errements du passé, il faut rappeler avec lucidité ce qui s’est produit au cours des 20 mois qui se sont écoulés.

Ne pas oublier qu’au tout début, les mesures dites « barrière » les plus élémentaires ont été négligées pratiquement partout, sauf dans les pays d’Asie du Sud-Est. Heureusement une minorité de personnes a réagi immédiatement mais dans très peu de pays en cherchant des solutions, qu’il s’agisse de vaccins ou de médicaments efficaces.

Et puis il y a eu tous les autres… Comme en France, ceux qui préféraient « laisser passer Noël ». Ceux-là tenaient la rampe car les « fêtes de fin d’année » c’est sacré !  

Les mêmes affirmaient, fin janvier 2020, à propos de ce virus censé venir d’un pangolin pour lequel on n’avait toujours pas trouvé de nom: « un de plus » … ou encore : « Seul les Chinois sont concernés ». Sans oublier les experts « autorisés » qui parlaient de « grippette » comme Agnès Buzin, ministre de la Santé, le 16 février 2020.[1]

L’exécutif français avait les yeux rivés sur les élections municipales à venir. « L’affaire Griveaux » faisait la Une du monde entier. Et personne ne croyait en la découverte rapide d’un vaccin efficace avant de longues années !

Si l’on ajoute au fil des semaines les brillantes « prestations » télévisées de Sibeth Ndiaye, que l’on aurait mieux vue dans un film avec les pieds nickelés que comme porte-parole du gouvernement, on a un cocktail explosif et l’on comprend mieux que ce qui restait de « la confiance avec nos élites » avait fondu comme neige au soleil. Or, sans cette confiance, aucun pouvoir n’est à même de gouverner ! D’autant qu’au fur et à mesure que le virus, baptisé entretemps « Covid 19 », faisait des ravages, on découvrait petit à petit que, depuis 2012, tout ce qui avait été prévu pour affronter ce type de pandémie manquait à l’appel. Pire encore, que l’essentiel avait été sacrifié sur l’autel de la RGPP !

Gouverner n’est pas communiquer

Alors que les hôpitaux étaient saturés, la communication officielle à laquelle on aurait pu s’attendre n’était pas au rendez-vous. Chaque soir le directeur de la santé comptait les morts après que le ministre de la Santé se soit félicité de sa propre action en balayant d’un certain mépris tous ceux qui émettaient le moindre doute sur l’efficacité des mesures prises. En revanche, on applaudissait les soignants sur les balcons à 20 heures précises !

De mensonge en mensonge, la multiplication des « en même temps » propre au système macronien, l’absence parfois du simple bon sens, un sectarisme certain, sans oublier le ton comminatoire employé par le pouvoir, tout cela a largement contribué à la démonétisation de la parole officielle, donnant libre cours à toutes les folies complotistes.

Que dire, enfin, d’un président qui a revendiqué, non sans fierté, l’avantage d’avoir une majorité composée d’amateurs au Parlement ! Si l’on ajoute à cela une impréparation chronique – propre aux système Gaulois – et une longue tradition qui veut que le pouvoir politique ne donne aucun crédit à ceux qui cherchent à les alerter ou à les mettre en garde, comme pour les guerres de 1870, 1914 et 1940, le pouvoir politique en France a des principes et « on s’y tient ». Malheur à ceux qui apportent les mauvaises nouvelles. On devrait se souvenir que c’est ce qui avait perdu Néfertiti !

C’est ainsi au fil des générations et des batailles perdues que la « grande Nation » est devenue une « nation moyenne » ! Il est vrai que succéder à Louis XIV, Napoléon ou De Gaulle est tout sauf évident.

Joël-François Dumont

[1] Coronavirus, « mascarade » et « grippette » : la mémoire sélective d’Agnès Buzyn

[2] La stigmatisation des Français de l’étranger a de beaux jours devant elle