Il n’est décidément pire aveugle que celui qui ne veut pas voir

Trois événements récents sont appelés à marquer durablement les esprits. Le désastre afghan, la guerre de la drogue dans les quartiers Nord de Marseille et dans d’autres villes françaises, l’ouverture – enfin – la semaine dernière du procès des terroristes qui ont semé la mort au Bataclan le 13 novembre 2015. Un procès qui devrait durer six mois pour juger Salah Abdeslam et ses complices.

Très prochainement, la Voix du Béarn traitera au fond avec des experts chacun de ces trois sujets. Auparavant, nous souhaitions rediffuser cette émission que nous avons diffusée le 21 avril 2020, en plein confinement. Pour des raisons simples qui permettent d’éclairer des sujets aussi graves.

A priori, entre eux, le premier lien semble être l’islamisme radical qui s’alimente par la drogue. Mais ne faut-il pas aussi se poser deux questions : comment en sommes-nous arrivés là et n’aurions-nous pas pu nous épargner ces trois désastres qui n’auraient dû surprendre personne, en tout cas, pas eux qui nous gouvernent ?

En fait, il y a un deuxième lien à opérer, c’est de constater des deux côtés de l’Atlantique une même faillite du politique qui ne tient pas compte des alertes qui lui sont données. Les politiques restent « dans le temps court ».

Les gouvernements français ne peuvent pas dire, par exemple, qu’ils n’avaient pas été prévenus par leurs services des guerres de 1870, de 1914 ou encore de 1940 ! Celle de 1914, aurait pu éclater à tout moment à partir de 1895… En 1905 elle était « imminente »… Et entre 1933 et 1936, ils faisaient quoi nos gouvernements ? Après la « Der des Der », les « années folles », certes il y a eu « les congés payés » en attendant la « drôle de guerre ». Et on a eu Munich, une nouvelle Guerre Mondiale, l’humiliation de l’occupation et une Europe dévastée.

L’insouciance ne s’improvise pas

Comme l’a écrit Honoré de Balzac dans ses pensées : “L’insouciance est l’art de se balancer dans la vie comme sur une escarpolette, sans s’inquiéter du moment où la corde cassera”…

Au-delà d’une certaine insouciance pour le temps long conjuguée à une incompétence tout aussi certaine, on retrouve cette même lâcheté du politique qui se veut plus concerné par sa propre réélection que par « l’intérêt national ». De quoi permettre à des dictatures de s’installer et de nous faire la guerre avec nos propres richesses. Un comble !

Malheur à qui apporte les mauvaises nouvelles !

Concernant l’Afghanistan : d’un côté, il faut saluer la prouesse des militaires américains qui ont évacué en 18 jours par voie aérienne près de 120.000 personnes, hommes, femmes et enfants depuis l’aéroport de Bagram, grâce à un pont aérien sans précédent dans l’histoire et dans des conditions épouvantables. De l’autre, on ne peut que blâmer les politiques américains qui ont négocié seuls, sans leurs alliés, avec les Talibans ce départ dans la honte et dans le déshonneur. Voir, aux États-Unis, 160 généraux et amiraux réclamer la démission du ministre de la Défense n’est pas chose courante ! Leur texte vaut le détour…

Préfet Bernard Squarcini : « On a toujours tort d’avoir raison trop tôt » – Photo © Joël-François Dumont

Deuxième sujet, cette guerre de la drogue, un fléau qui gangrène la France depuis près de 20 ans et à Marseille depuis trop longtemps. Le président Macron – qui donne l’impression d’être toujours en campagne électorale – s’est invité trois jours à Marseille. Mais qui, sérieusement, qui peut ou veut croire un seul instant que cette guerre pourra être gagnée sans une véritable volonté politique ? C’est cela qui a toujours manqué depuis 20 ans. Quels que puissent être les moyens en homme et en matériel, il ne faut s’attendre, dans la durée, à aucun retournement de situation sans une volonté politique affichée avec des lois adaptées puis exécutées quand elles ont été votées.

Troisième sujet, les attentats de Paris. Le moins que l’on puisse dire est que le pouvoir politique, là encore, a failli à sa mission. L’attentat contre Charlie Hebdo avait pourtant révélé les faiblesses – plus que les failles – des formes d’engament imposées à nos forces de l’ordre face à certaines menaces les rendant parfois inopérantes. 

Quand la peur va-t-elle enfin changer de camp ?

On l’a vu : les militaires sur place (Mission Sentinelle) n’avaient pas le droit d’utiliser leurs armes. Les deux policiers arrivés par hasard sur place ont utilisé leur arme de service en violation flagrante du règlement. Heureusement, ils l’ont fait. C’est ainsi qu’à 25 mètres de distance, ces deux policiers, tireurs d’élite, avec une arme de poing ont réussi à empêcher un de ces terroristes d’exécuter, de sang-froid, d’une balle dans la tête une innocente victime avec une Kalasnikov – une arme de guerre automatique.

Où sont-ils, dans le banc des accusés, ceux qui ont décidé de telles règles d’engagement ? Qui permettent à des gens d’écraser des gendarmes et que l’on ne peut atteindre de peur de les blesser dans le dos ? Où sont-ils ceux qui, au fil des années, ont favorisé avec autant de lâcheté que d’incompétence la protection des bourreaux plutôt qu’à celle de leurs victimes ?

Il n’est pas interdit d’espérer au cours de ces six longs mois que va durer ce procès que ceux qui sont « toujours responsables mais jamais coupables » soient enfin questionnés par les familles des victimes. 

Un exemple : j’ai appris le 13 novembre 2015 au soir que le GIGN et la brigade des sapeurs-pompiers de Paris avaient passé toute la journée dans le 11e arrondissement de Paris à faire un exercice d’entraînement dont le thème était une prise d’otages par un commando terroriste. Lorsqu’une des ambulances qui avait servi à évacuer des faux blessés est arrivée devant le Bataclan, pensant participer à la fin de l’exercice, ses ambulanciers ont dû se rendre à l’évidence : c’était tout sauf « un exercice », comme ils l’ont dit sur leur radio en donnant l’alerte.

Professeur Christian Tafani – Photo © Diane Tafani

Que s’est-il passé ? Pourquoi la police a été aussi longue à arriver et « a perdu une heure » ? Parce la préfecture de Police a estimé que les Gendarmes du GIGN devaient rester consignés à la caserne toute proche, au Quartier des Célestins. Paris était « réservé à la Police » ! Il y a des chasses gardées… Seule la BBC a posé quelques questions de bon sens que les média se sont bien gardé d’évoquer. Elles étaient pourtant pertinentes. France 2 a été la seule chaîne de télévision à diffuser cette émission de la BBC, en version française.

Responsables mais jamais coupables

Il n’y a pas que les faux-aveugles comparés à des adeptes de Bisounours, ceux qui ne veulent pas voir. Il y a aussi les « militants », ceux qui refusent de voir.

A gauche ils se reconnaîtront. Même si certains d’entre eux, comme Manuel Vals, ont su faire preuve de courage et de lucidité. Chacun sait qu’ils sont loin d’avoir été suivis et qu’ils ont même essuyé de vives critiques dans leur propre camp. Il y a des gens qui refusent de voir les réalités en face au nom d’une idéologie mortifère. Pourquoi le cacher ?

Préfet Bernard Squarcini – Photo © Joël-François Dumont

Comment oublier, par exemple, que la priorité de François Hollande le jour de son installation à l’Élysée a été de suivre, heure par heure, le départ de son bureau du préfet Bernard Squarcini, directeur général de la Sécurité intérieure ? Un homme longtemps considéré comme l’un des « meilleurs flics de France ». Il l’avait prouvé comme préfet de police de Marseille avant de faire la réforme du renseignement. Son crime était d’avoir été choisi par Nicolas Sarkozy pour réorganiser nos services de renseignement intérieur et de contre-espionnage, la DST et les RG, pour les adapter – enfin – à la lutte contre le terrorisme islamiste. L’objectif déclaré étant que « la peur change de camp ».

S’il y a une réforme qui a permis de devenir efficace face au terrorisme islamique, c’est bien celle-là. Une façon de prévoir le pire et d’organiser les services de l’État pour « faire face ».

Ce qui m’avait frappé à l’époque, c’est que c’était bien la première fois qu’on faisait une réforme de cette importance « à froid », autrement dit, « pas dans l’urgence » en donnant comme trop souvent la priorité aux sentiments du moment et non à la raison et au bon sens qui devraient toujours l’emporter en pareil cas. Une vraie réforme comme il en faudrait tant d’autres !

Revenons aujourd’hui avec le préfet Squarcini sur cette réforme du Renseignement qui marquera en France un tournant sécuritaire dans notre pays, une réforme qui sera amplement validée par les faits.

Professeur Christian Tafani – Photo Archives © Joël-François Dumont

Nous parlerons également « Intelligence économique » avec le professeur Christian Tafani, un universitaire expert des questions de défense et de sécurité qui a fait partie de la « Commission Martre ». L’objectif avoué de cette commission, en 1994, était de prendre en compte les « facteurs immatériels de la compétitivité ».

La fin de la guerre froide, l’émergence de nouvelles puissances économiques, le processus de mondialisation des échanges et la révolution des nouvelles technologies induisant un déplacement des logiques de puissance, historiquement dans le champ militaire, vers la sphère économique, il était temps de réagir et de proposer une politique qui nous permette de nous adapter au monde tel qu’il était.

Bernard Squarcini et Christian Tafani sont corses tous les deux mais pas du même village… Le regard croisé qu’ils portent sur ces sujets est passionnant. Et il permet de mieux comprendre comment de telles catastrophes annoncées puissent se dérouler à la surprise de ceux qui ont pour gouverner, de prévoir et de décider, et non de faire de la communication pour satisfaire les uns le jour et faire le lendemain le contraire au point de perdre toute crédibilité et de ruiner la confiance sans laquelle aucun pays ne peut faire nation lors des heures sombres.

Joël-François Dumont